L'Institut de Recherche en Chirurgie Orthopédique et Sportive
Rechercher

Quels sont les principes du traitement ?

Ils reposent sur plusieurs éléments que l’on peut associer :

 

1°) La rééducation

Le principe de la rééducation est d’être douce, infradouloureuse, c’est à dire ne cherchant pas à « forcer » l’épaule.

Elle est présente dans tous les phases de la maladie.

La balnéothérapie est un atout indispensable dans le traitement (alternance froid-chaud, douches tièdes….)

 

2°) Les médicaments contre la douleur

Ils restent indispensables également à toutes les phases de la maladie.

Ils peuvent être plus ou moins forts selon l’importance de la douleur, qui est souvent évaluée par le patient lui-même sur une petite échelle graduée de 0 à 10 (Echelle Visuelle Analogique)

 

3°) Les infiltrations

Elles sont soit sous-acromiales, soit intra-articulaires, avec alors une tentative de « distracter » l’articulation.

On ne les utilise pas toujours, et pas dans toutes les phases de la maladie.

Elles permettent parfois de passer un cap douloureux particulièrement aigu.

 

4°) Les blocs à la Reserpine

Il s’agit d’injection de Reserpine, produit inhibiteur de certaines transmissions nerveuses, au contact de certains récepteurs centraux (médullaires et cérébraux) de la douleur dont on pense qu’il sont concernés par la maladie.

Ces blocs sont effectués sous anesthésie locale, au bloc opératoire, par les anesthésistes, en ambulatoire.

L’efficacité, quand elle se manifeste, est toujours retardée de quelques jours voire de quelques semaines.

Ils ne sont pas non plus proposés à toutes les phases de la capsulite.

 

5°) La chirurgie

Elle reste une éventualité rare, mais toujours possible, en particulier en cas de raideur persistante, alors que la douleur a disparu ou s’est nettement attenuée.

Elle consiste à introduire une caméra dans l’épaule (il s’agit donc d’une arthroscopie avec de toutes petites cicatrices) et par une autre voie d’abord, d’aller sectionner les brides rétractiles dans l’articulation et les zones rétractées de la capsule.

Elle nécessite une prise en charge quotidienne dans les suites, médicale puis médicale et de rééducation.

La rééducation intensive nécessaire en post-opératoire, impose souvent un centre de rééducation qui est mieux à même de pouvoir conserver les résultats acquis en peropératoire.

Elle est proposée à des moments variables d’évolution de la maladie, le plus souvent en phase III.


Atelier Sherfi

[?] Plan du site
[>] Nous contacter

© 2017 IRCOS - tous droits de reproduction réservés.
Ce site ne délivre aucun avis, diagnostic ni traitement médical. Merci de consulter les informations légales.