L'Institut de Recherche en Chirurgie Orthopédique et Sportive
Rechercher

Rupture de la coiffe

Elle concerne surtout le sus-épineux, souvent après une phase plus ou moins longue de tendinite.

Elle survient surtout après 50 ans et entre alors dans le cadre de la maladie tendineuse de la coiffe des rotateurs (tendinite prolongée puis rupture sur un tendon dégénératif)
Exceptionnellement, elle peut être post-traumatique avant 50 ans, le tendon étant alors sain, mais simplement arraché de son insertion osseuse par un mouvement contrarié très violent (chute lors d’un accident à grande vitesse, mouvement contré de l’épaule, etc…)

La douleur est toujours présente, mais peut-être atténuée, notamment par le traitement médical préalable de la tendinite. Elle peut aussi être beaucoup plus intense que lors d’une tendinite : tout est possible à ce niveau.

La perte de force est constante et c’est un très bon signe pour faire la différence entre une tendinite simple et une rupture : il est toutefois nécessaire que votre chirurgien précise ce point car il n’est pas toujours facile de faire un diagnostic soi même !

La perte de mobilité est variable en fonction du caractère ancien ou récent de la rupture, de l’efficacité des traitements déjà effectués, de l’importance de l’atteinte.

 

L’évolution de la rupture du sus-épineux se fait toujours vers l’aggravation :

- Au niveau du sus-épineux lui –même avec une rétraction du tendon, une atrophie musculaire et une dégénérescence graisseuse du muscle.

- Vers l’atteinte
* Soit du sous-épineux , qui s’aggrave alors dans le même sens que le sus-épineux, avec une rétraction tendineuse, une atrophie et une dégénérescence graisseuse musculaire : ce sont les ruptures dites « postéro-supérieures » : souvent un peu moins douloureuses et donc détectées à un stade déjà évolué, celui de la perte de mobilité par exemple.

* Soit du sous-scapulaire , avec la même évolution : rétraction tendineuse, atrophie et dégénérescence graisseuse.  Ce sont les ruptures dites « antéro-supérieures » : souvent plus douloureuses et donc détectées à un stade plus précoce.

- Après quelques temps (de quelques mois à quelques années), l’évolution peut se faire vers une atteinte des 3 tendons (sus épineux, sous-épineux et sous-scapulaire). La tête humérale n’est alors plus retenue par aucun tendon et monte progressivement pour entrer en conflit avec l’acromion. Le cartilage peut alors s’user et on assiste à l’apparition d’une arthrose spécifique de l’évolution des ruptures de la coiffe des rotateurs : « l’omarthrose excentrée » (arthrose de l’épaule  avec ascension de la tête du l’humérus)


Atelier Sherfi

[?] Plan du site
[>] Nous contacter

© 2017 IRCOS - tous droits de reproduction réservés.
Ce site ne délivre aucun avis, diagnostic ni traitement médical. Merci de consulter les informations légales.