L'Institut de Recherche en Chirurgie Orthopédique et Sportive
Rechercher

Symptomatologie

LA DOULEUR


C’est le maître symptôme.
Elle est toujours présente à un moment ou à un autre de l’évolution de la maladie
Elle peut être d’apparition brutale, après un effort ou un traumatisme, même bénin. Elle peut aussi survenir progressivement.
Elle est souvent nocturne, parfois même elle empêche  de dormir par son intensité ou réveille au milieu de la nuit  vers 4H du matin, ce qui traduit son caractère inflammatoire.
Dans la journée, elle peut être importante mais aussi ne devenir gênante que dans certains gestes ou à l’effort.
Elle peut aussi être présente pendant une période donnée puis disparaître pendant plusieurs mois voire plusieurs années avant de réapparaître à l’occasion d’un effort, d’un geste brusque, parfois spontanément.
Au début de la maladie, elle est facilement calmée par les médicaments simples comme les antalgiques ou les anti-inflammatoires. Elle peut  finir par résister à tout traitement.
Elle peut être liée :
- A une tendinite simple.
- A une rupture tendineuse.
Sa localisation est très variable et il n’y a pas de corrélation directe entre sa position et l’atteinte des tendons.
Elle est souvent située « dans l ‘épaule » sans localisation précise, changeant de position avec le temps ou les mouvements.
Elle irradie souvent vers le bras, voire vers l’avant-bras et les doigts , pouvant faire confondre l’atteinte de la coiffe des rotateurs avec une atteinte d’origine neurologique comme la Névralgie Cervico-Brachiale.
Elle irradie souvent aussi vers le cou et le dos, suivant le trajet du muscle trapèze qui s’insère depuis le haut du cou jusqu’au milieu du dos.


LA PERTE DE FORCE


C’est le premier signe dont on s’aperçoit en général, en dehors de la douleur.
Elle traduit l’atteinte du sus-épineux et est d’autant plus importante que l’atteinte musculo-tendineuse est importante et ancienne.
Elle est parfois isolée, c’est à dire le seul signe présent, la douleur ayant été calmée par le traitement médical.
Elle traduit la plupart du temps une rupture tendineuse et non plus une tendinite simple.


LA PERTE DE MOBILITE


C’est l’incapacité à utiliser le bras pour certains gestes :
- Soit nécessitant de la force (atteinte du sus-épineux)
- Soit nécessitant un mouvement de rotation externe (atteinte su sous-épineux et du petit rond)
- Soit nécessitant un mouvement de rotation interne (atteinte du sous-scapulaire)
- Soit nécessitant une combinaison de ces mouvements (atteinte de plusieurs tendons)
Cette perte de mobilité  a une double signification :
Soit elle est présente au début d’une rupture tendineuse, et  traduit l’intensité de l’inflammation initiale. Elle est alors souvent souvent récupérable par le traitement médical, notamment par la composante de rééducation du traitement médical.
Soit elle est présente tardivement, après une évolution plus ou moins longue de la maladie. Elle résiste alors au traitement médical et traduit souvent une forme évoluée et complète de rupture tendineuse.


AUTRES SYMPTÔMES


- Craquements, pseudo-blocages sont plus rares.
- A part : le signe de Popeye : c’est l’apparition d’une boule dans le bras, souvent après une phase douloureuse intense. Il traduit la rupture du tendon de la longue portion du biceps.


Atelier Sherfi

[?] Plan du site
[>] Nous contacter

© 2017 IRCOS - tous droits de reproduction réservés.
Ce site ne délivre aucun avis, diagnostic ni traitement médical. Merci de consulter les informations légales.