L'Institut de Recherche en Chirurgie Orthopédique et Sportive
Rechercher

Rupture du tendon d'Achille

Il s’agit d’une pathologie très fréquente. Elle survient essentiellement vers la quarantaine. Alors que le tendon est par lui-même extrêmement résistant (il peut résister à des tractions de 700 kg) ,  il peut céder pour des traumatismes sportifs minimes. Il traduit alors la dégénérescence du tendon.
Cette dégénérescence est le plus souvent asymptomatique et 10% seulement des patients rapportent des antécédents de tendinite.

La rupture se traduit par une douleur très aigue à l’impulsion du pas. Il ne sert à rien d’effectuer échographie et IRM.
Le diagnostic se fait uniquement en examinant le patient.

Le traitement est actuellement de plus en plus chirurgical avec réalisation des techniques per cutanées ou Tenosynthèse.
En effet celles-ci permet de d’obtenir une cicatrisation de bonne qualité et sans excès de longueur ( ce qui diminuerait la force à l’impulsion du pas). Elle diminue également le risque de ruptures itératives (risque inférieur à 3%)
L’intervention doit être réalisée dans les 8 jours suivant l’accident. Elle peut être réalisée en chirurgie ambulatoire sous anesthésie loco régionale.
On introduit par 2 courtes incisions des crochets qui vont permettre aux 2 berges du tendon de s’affronter.

Le patient est par la suite immobilisé durant 6 semaines, mais peut reprendre un appui partiel au bout de 3 semaines sous couvert d’une botte amovible qui peut être retiré pour dormir.


Le dispositif est retiré après la Sixième semaine sous anesthésie locale. Par la suite le patient reprend un appui total avec une talonnette dont l’épaisseur sera affinée progressivement. C’est jusqu’au 3e mois qu’il convient d’être très vigilant. 
La reprise des sports se fera au rythme suivant, sous réserve d’une cicatrisation tendineuse normale : 
La natation et le cyclisme sont autorisés à partir du 4e mois.
La course à pied à partir du 6e mois
Les sports d'impulsion (football, tennis ....) à partir du 8e mois

Nous réservons le traitement chirurgical conventionnel  est réservé aux ruptures découvertes tardivement ou à certaines localisations.Les ruptures itératives sont exceptionnelles mais il existe quelques complications cutanées dont certaines sont invalidantes.

Le traitement orthopédique ( non chirurgical) est réservé aux patients plus âgés et non-sportifs. Il expose à un risque de rupture itérative d’environs 15%.


Atelier Sherfi

[?] Plan du site
[>] Nous contacter

© 2017 IRCOS - tous droits de reproduction réservés.
Ce site ne délivre aucun avis, diagnostic ni traitement médical. Merci de consulter les informations légales.