L'Institut de Recherche en Chirurgie Orthopédique et Sportive
Rechercher

Imagerie

Les radiographies standard sont toujours demandées en premier, surtout après un traumatisme.
Elles servent à mettre en évidence une fracture.


Elles ne peuvent pas faire le diagnostic “ d’entorse de cheville ” . Tout au plus, peut-on retrouver des signes indirects sous la forme de petits arrachements osseux ou d’épaississement des parties molles .
Elles ne sont pas systématiquement demandées lors d’une suspicion d’entorse.

L’échographie et L’IRM à contrario sont utilisées en cas de suspicion de lésion des parties molles : tendons et ligaments.
Elles sont aptes à montrer une rupture de ligament ou une des signes de tendinite.

L’arthroscanner ou l’arthro IRM sont les principaux examens complémentaires pour explorer la cheville à proprement parler.
Ces examens consistent à injecter un produit de contraste au sein de l’articulation. On y adjoint régulièrement un corticoïde afin de soulager le patient. Il s’agit des seuls examens permettant d’explorer avec précision l’état des surfaces cartilagineuses de la cheville. Ils  permettent également de dépister de petits corps étranger qui comme des grains de sable viennent abîmer l’articulation.
Ces examens sont parfois un  peu douloureux. Le patient peut appuyer sur son pied immédiatement après. La cheville reste gonflée durant quelques jours. 
 


Atelier Sherfi

[?] Plan du site
[>] Nous contacter

© 2017 IRCOS - tous droits de reproduction réservés.
Ce site ne délivre aucun avis, diagnostic ni traitement médical. Merci de consulter les informations légales.